presse

Fadeout


“Le solo d’Anne Flore De Rochambeau se distingue aussi du lot. Entrée in medias rès, un tube de néon divise la scène à hauteur des yeux de la danseuse, nous laissant percevoir un corps sans tête, sans visage. Les doigts et les mains arachnides sillonnent l’espace sous la clarté du néon. D’abord sur place, l’artiste explore les possibilités de mouvement dans cette sphère lumineuse. Puis, le torse apparaît, les jambes se plient et se déplient, le visage paraît, serein, regard tourné vers le public. Un lent et très fin jeu de dévoilement-dissimulation sur une musique concrète mêlant avec étrangeté un thème champêtre et les rouages d’une mécanique, sorte de locomotive aux impacts étouffés. La conception sonore dont les mouvements épousent la musicalité apporte des textures au solo qui glisse dans un entre-deux de fluidité et d’apesanteur. L’ensemble de la proposition est fort cohérent, démontrant une écriture peaufinée qui s’adapte bien à la forme courte imposée, nous permettant de réaffirmer qu’Anne Flore De Rochambeau est une jeune chorégraphe à suivre.”
Mélanie Carpentier – LeDevoir – 14 septembre 2017

“Fadeout: jeux de lumière et mouvements minimalistes
Avec un néon installé au niveau de la poitrine, l’artiste a su instaurer une ambiance particulière entre étrangeté et fascination. Ce sont alors seulement ses mains qui parlaient dans des mouvements très minimalistes et très envoûtants. Avec une maîtrise totale de ses appuis et de son poids, la danseuse semblait parfois s’envoler au-dessus de ce néon, ou au contraire se laisser tomber plus bas.
Après avoir percé le public d’un regard qu’on n’attendait plus, elle a déambulé dans un espace restreint autour d’elle et de cette lumière pour glisser, tourner, s’arrêter sur des sons d’oiseaux, de bruits de route, à la fois rassurants, sauvages et angoissants. Par ces petits mouvements, elle coupait l’espace, tout comme la musique, pour finalement parvenir à sortir de sa zone de confort, même si celle-ci revenait facilement à elle.
Dans un univers conceptuel épuré dans lequel on entrait volontiers avec l’artiste, un rapport sensoriel direct s’est installé avec le public, qui l’a d’ailleurs acclamé.
Léa Villalba – Bible Urbaine – 14 septembre 2017

Viscosité

“Les interprètes se dévoilent progressivement dans un mouvement dirigé vers les bas fonds. Une force du mouvement qui les emporte malgré eux dans une vague perpétuelle. Un jeu de résistance et de lâcher-prise s’installe. Parfois, on se laisse nager en harmonie avec le flot, parfois, il nous faut aller à contre-courant. […] Passant à des vagues sous-marines, aux rafales de vents soulevant la matière, la chorégraphe donne corps à notre imagination.”
Tiffanie Boffa – Dfdanse – 26 mars 2017

“ It is a deep immersion into group movement, a flurry of gestures and postures evoking the interdependence confronting individuals and groups in a collective and challenges the attachment to individuality when confronted with another. With a scenography in which the penumbra triumphs (Hugo Dalphond‘s fine work), in which daydream is superimposed on raw reality, and where the whirlwinds of the bodies increase the effect of reverie, the intensity of this show has just increased by a notch.”
Luc Archambault – Westmount Magazine – 1er avril 2017

“ La chorégraphe Anne-Flore de Rochambeau y illustre à merveille les connexions invisibles entre les êtres par une architecture organique où les corps s’entrelacent pour mieux se dégager ensuite. L’enveloppe charnelle en tant que mode de communication embrasse enfin toute son authenticité intuitive au gré de ses impulsions.”
Sandra Nadeau Paradis – La fabrique crépue – 26 mars 2017

“Pour Viscosité, étape en cours du troisième volet de Dynamique des fluides, on retrouve les captivantes interprètes de Fluides — mais sans la chorégraphe, cette fois-ci — aux côtés de Painchaud et Lee. Magnifique première partie contemplative et kinesthésique, où les danseurs semblent habités malgré eux par des ondoiements obstrués. La lumière intermittente et la musique concourent à communiquer une impression de sang qui pulse dans les veines. Alors que le mouvement s’accélère, un sentiment d’urgence se crée progressivement. Le pari risqué de chorégraphier la viscosité à travers une gestuelle athlétique et rapide au sol est réussi.”
Nayla Naoufal, Des femmes et des fluides, LeDevoir – 14 aout 2015

 

O2

“Après la très aboutie Fluides d’Anne-Flore de Rochambeau, créée avec Marine Rixhon, Marijoe Foucher et Liane Thériault en 2013, on était très curieux de voir Gabriel Painchaud et Keven Lee s’approprier sa vigoureuse et moelleuse gestuelle dans O2. Ce deuxième volet épuré du triptyque Dynamique des fluides entremêle avec finesse le chassé-croisé habile des deux danseurs — Painchaud est magnétique —, les lumières sensibles de Hugo Dalphond et la musique électroacoustique de Hani Debbache.”
Nayla Naoufal, Des femmes et des fluides, LeDevoir – 14 aout 2015

 

Fluides

Fluides, fut fascinant tant au niveau de l’univers que du visuel et des sons. Chorégraphiée par la danseuse Anne-Flore de Rochambeau , la pièce évoque du début à la fin un sentiment de mouvement perpétuel. […] Hyperactivité, mouvance, changement ; telles sont les essences de Fluides. Avec cette pièce, la chorégraphe Anne-Flore de Rochambeau nous invite dans un univers parallèle bien ficelé, où la légèreté du corps et de l’être est mise à l’honneur.”
Marie-Ange Zibi, Scene1254

 

Alt-shift  -explorations

“Alt-Shift – Explorations, a co-creation by Liliane Moussa and Anne-Flore de Rochambeau, is a dedication to form and precision through both physical and image-based linear explorations. Turning the space itself into a life-sized cat’s cradle where the audience is literally invited to view the piece both from the inside and the outside, the choreographer-performers, alongside their colleague Marine Rixhon, create a stimulating environment through which they propose their own rules and choreographic regulations. An inviting piece that invited us to take a closer look at their world and by doing so participate in the close-up lens that is being on-stage, along for the ride.”
Stephanie Fromentin02.03.2014, http://www.danscussions.com/2014/03/half-time-in-2014-passerelle-season.html

 

Sens dessus dessous – première étape de création de FLUIDES

“Anne-Flore de Rochambeau surprend avec la qualité de Sens dessus dessous […] elle fait preuve d’un bel instinct chorégraphique. La subtilité avec laquelle elle joue sur les changements de rythme au sein d’une même phrase ou pour passer d’une section à l’autre donne une fluidité remarquable à cette œuvre”
Fabienne Cabado, La danse au Fringe: En dents de scie, Journal Voir, 20.06.2013

“A metaphoric work of women navigating aimlessly in circles. Like goldfish in jars above. One woman stares at a jar. Seeing herself.
A fascinating mesmerizing work.”
Ted Fox, Anne-Flore de Rochambeau in Montreal Fringe, Evidanceradio.com, 04.07.2013

“Aboutie et sensible, elle donne à voir l’univers particulier d’une chorégraphe en devenir […] Anne-Flore de Rochambeau fait mouche en créant un imaginaire bien à elle, où tout s’accorde à merveille, scénographie, éclairages, musique. Les mouvements des danseuses sont empreints de musicalité et semblent respirer avec la trame sonore”
Nayla Naoufal, Sens dessus dessous d’Anne-Flore de RochambeauNaïades sur terre ferme, Dance from the mat

“Sens Dessus Dessous is a strong and vibrant show, with some wonderful performers.With a fluid quality that is astoundingly delivered by the highly capable dancers Marine Rixhon, Marijoe Foucher, Liane Thériault and Anne-Flore de Rochambeau herself. They flow around the space effortlessly, using gravity to propel them around the floor in swift movements.”
J.D. Papillon, Bloody Underrated

“This four-woman performance is a free and fluid thirty minutes of sheer joy: great set, great lighting, great choreography, and great dancing! […] The timing of the piece is impeccable, and there is a great chemistry between the performers throughout. Rochambeau has a clear artistic vision, and clearly knows how to communicate it to her performers!”
Helen Simard, Danscussion

 

Première esquisse de Fadeout

“Fadeout de la chorégraphe Marie-Andrée Gelac avec l’interprète Anne-Flore de Rochambeau, puissante et serpentine, qui transcende par sa présence une écriture chorégraphique en cours de maturation.”
Nayal Naoufal, Le mezze chorégraphique de Bouge d’ici, Dance from the mat

“In Fadeout, Anne-Flore de Rochambeau captivated me with her strange, animalistic energy and feline poses. The piece is accompanied by crunching, apocalytic sound effects and conveys a deliciously palpable sense of doom”
Victoria Laberge, Bouge d’ici presents: Common Space, Bloody Underrated

 

CABARET

“Sur fond de tenues et d’éclairages rouge et noir dans un décor épuré, leurs chorégraphies signées Anne-Flore de Rochambeau ne tombent jamais dans l’excès, la vulgarité cédant plutôt le pas à l’érotisme et la volupté”
Nathalie Katinakis, “Cabaret” au D.B. Clarke Theatre de Montréal, Musical Avenue 26.06.2012

“The choreography was great, and I’ll admit any time the dancers were on stage, I was forgetting about the leads”
Isabelle Giroux, Master class a Montreal 03.07.2012

“Les chorégraphies de Anne-Flore deRochambeau sont léchées et efficaces.”
Daniel Ouimet, Cinéressources, juillet 2012 #246

Advertisements