lore | 2017

Captation vidéo : Benoît Dhennin /  Montage : Anne-Flore de Rochambeau

De façon intimiste et poétique, Anne-Flore de Rochambeau propose avec Lore une chorégraphie qui se dévoile délicatement selon l’imaginaire des spectateurs rencontrés par les danseurs.

Les participants volontaires sont invités à partager un tête-à-tête sensible et singulier autour de la création d’un poème. Guidés par la résonance des mots, les corps s’animent et révèlent une danse dont il émane une trace intuitive et spontanée de chacune des rencontres.

Réalisée en réponse au poème « House of Dust » d’Alison Knowles, la proposition s’empare de cette partition pour en livrer une interprétation dansée. Un témoignage de notre capacité instinctive de communiquer par le corps.

In an intimate and poetic way, Lore revealed itself gently according to the imagination of the audience. Volunteer participants are invited to share a sensitive and singular one on one with a performer. While creating a spontaneous poem, they will experience the dancer’s interpretation of their words. Revealing, therefore, an intuitive dance imprint of the shared encounters.

Created in response to Alison Knowles’ poem “The House of Dust”, the proposition takes hold of this poem-score to deliver an interpretation rooted in the instinctive communication of our sensitive body.

Dossier de presse

photos © Hani Debbache avec les interprètes Marijoe Foucher et Marine Rixhon

Chorégraphie : Anne-Flore de Rochambeau
Interprétation et collaboration à la création : Marine Rixhon, James Philipps, Gabrielle Surprenant Lacasse, Marijoe Foucher et Stéphanie Fromentin
Assistante à la création : Marijoe Foucher
Médiateur : Keven Lee
Conseillère artistique : Sarah Dell’Ava
Résidence de création : Danse à la Carte
Captation vidéo : Benoît Dhennin
Montage : Anne-Flore de Rochambeau

Lore fait parti de la sélection du programme JOUER DEHORS de La danse sur les routes du Québec pour la saison 2020-2021.

Diffusion:
2019 : 7 septembre, Festival Arts de ruelle / 26 juin, Journée Musées Montréalais
2018 : 27 nov. Festival Rencontres de danses métisses, Guyane Française
2017 : Première, Festival Quartiers Danses, Espace Georges Emile Lapalme
Présentation d’une première étape de création dans le cadre du vernissage de l’évènement Les Fenêtres qui parlent à Saint-Laurent.

__

Création modulable, entre 1 et 6 danseurs.
Avec 1 ou 2 médiateur(s) et 1 responsable du son.

Intention
Avec LORE, je cherche à rejoindre le public, le passant, le curieux, le volontaire, le timide pour le faire sortir de son quotidien. Je souhaite partager une expérience autour du corps, de sa sensibilité, de son intelligence. Aujourd’hui nous sommes tellement portés par la valeur du temps, le souci de la rentabilité et de l’acquisition comme symbole de réussite que la valeur du corps est souvent délaissé. L’intelligence de notre corps, des choses que nous apprenons et transmettons de manière inconsciente sont dévalorisées au profit de connaissances prouvées scientifiquement ou que l’on peut apprendre et saisir de manière rationnelle. Pour moi LORE est une façon poétique de susciter cet échange par le corps qui se produit de manière instinctive et naturel.

Proposition:
Quatre danseurs sont assis sur une chaise, une chaise vide leur fait face. Les spectateurs curieux sont invités à venir à la rencontre d’un danseurs pour un tête à tête humain et poétique. Le danseur accompagne le participant dans la création spontanée d’un court poème auquel il répondra par le mouvement. Après cette interprétation dansée de quelques minutes, le danseur vient se rasseoir et témoigne du voyage qu’il vient de traverser avec ses propres mots, en écho à ceux qui l’ont interpellé et qui ont ainsi teintés, influencés, guidés sa danse. C’est là que l’échange révèle une douce complicité, danseur et participant partagent ce qu’ils ont perçu de l’autre intuitivement. Simplement par la générosité de se dévoiler et par la curiosité de découvrir l’autre, à travers quelques mots énoncés et quelques mouvements intimement articulés.
Au fur et à mesure des rencontres, les danseurs enrichissent leur vocabulaire en réponse à l’imaginaire des participants qu’ils côtoient. Les participants sont quand à eux invités à venir enregistrer leurs poèmes qui pourront ainsi habiter la trame sonore de la performance.
Pour clôturer les rencontres, les danseurs quitteront leurs chaises pour danser la trace des rencontres qu’ils auront vécus, aboutissant ensemble à une danse faisant écho aux échanges singuliers partagés avec les spectateurs.

 

DAC NEW LOGO FINAL BLACK FRENCH