a propos

| ANNE-FLORE DE ROCHAMBEAU photo © Marie Andrée Lemire

Suite à une formation artistique à Paris, New York et Montréal (UQAM, Bacc Danse 2012), Anne-Flore de Rochambeau développe sa pratique en tant qu’interprète et chorégraphe. Sa recherche chorégraphique est vivement teintée par son Baccalauréat en mathématiques appliquées et sciences sociales et se focalise sur le développement d’une gestuelle sensible architecturant l’espace à l’image de nos comportements sociaux. En 2013, elle entame l’élaboration d’un triptyque chorégraphique inspiré de la dynamique des fluides, dont les différents volets sont présentés dans plusieurs festivals tels que Quartiers Danses et Zone Homa (Montréal), Accès Danse (Châteauguay), ainsi que Dance Matters (Toronto) et Auteurs de Troubles (France). En parallèle, elle développe Alt-shift avec la chorégraphe Liliane Moussa, un laboratoire de création développant des œuvres chorégraphiques in situ et immersive, ouverte à l’imprévisibilité, aux collaborations artistiques et à l’exploration de lieux de diffusion multiples. À l’heure où le spectacle performatif et provocateur est en effervescence, Anne-Flore habite l’espace d’une esthétique épurée où les corps incarnent un langage organique et intuitif. Explorant l’intime relation entre l’individu et son environnement, elle développe une gestuelle reflétant les mécanismes inconscients qui caractérisent nos interactions.

| DEMARCHE ARTISTIQUE

L’individu, naturellement social, est en partie constitué par son environnement. Cette relation avec ce qui nous entoure est, pour moi, telle une fine toile tissée de connexions invisibles. Ma pratique s’articule autour de ces connexions que nous ne percevons pas ou que nous ne comprenons pas, ces dynamiques qui influencent notre évolution le plus souvent de manière inconsciente.

Mon côté analytique et rationnel dirige ma pratique vers la construction d’architectures spatiales complexes et sensibles. À la recherche d’une organicité tant dans les corps que dans les microcosmes que je construis, je compose avec l’élan des corps en interaction. Il en ressort une structuration de l’espace, matérialisant les différents réseaux qui nous connectent et conditionnent nos relations.

Affirmant un univers chorégraphique conceptuel et épuré, je me focalise la construction d’un rapport sensoriel avec le spectateur. Ce partage corporel intangible, cette connexion propre à l’être social me fascine et enracine ma pratique.