14 mars / Fadeout + Marcher sur la lune, à reculons

 

C’est avec grand plaisir que Marie Mougeolle et Anne-Flore de Rochambeau vous convient à découvrir leurs récentes créations. Composé de leurs solo, ce programme double pose un regard hybride sur le corps et son insatiable capacité à se transformer. Marie et Anne-Flore y dialoguent avec des créatures à la fois réelles et imaginaires, et partagent leur quête à devenir autres.

JEUDI 14 MARS
– 20H00 –
Maison de la culture Notre-Dame-de-Grâce
Salle IRO-VALASKAKIS-TEMBECK
6400 Av Monkland, Montréal

 >> Évènement Facebook << 

Gratuit

>> Laissez-passer disponibles dès le 28 février ici <<

Fadeout_2017_Anne-Flore de Rochambeau / photo © Francesca Chudnoff

photo © Francesca Chudnoff

Fadeout – Une créature arachnide évolue au rythme de sa propre dégénérescence, sous le clair-obscur de la lumière crue d’un néon.

“An elegant fluorescent light fixture hangs in a black void. […] The figure’s fists tighten below the register of this strip of light and play against this ineffable limit line. Is this body trying to escape? De Rochambeau’s repetitive motions in only the bottom half of her body were masterful, like a chiaroscuro Buster Keaton, with each micromovement expressing a kind of biopolitical regime this body might be fighting against.”
– James Oscar, The Dance Current, 25 octobre 2017

Création et interprétation Anne-Flore de Rochambeau
Répétitrice Marijoe Foucher
Éclairages Hugo Dalphond
Composition sonore Hani Debbache
Conseillère artistique Emily Gualtieri

Résidences Espace Marie Chouinard, École supérieure de ballet du Québec, Studio Flak.

Une première étape de création a été présentée aux festivals Dance made in Canada / fait au Canada et Quartiers danses (2017)

Marcher sur la lune, à reculons - Marie Mougeolle / photo © Aurélien Guy

photo © Aurélien Guy

Marcher sur la Lune, à reculons
Marie Mougeolle entre en dialogue avec l’univers gestuel de Michael Jackson et tout son potentiel de métamorphose, de l’androgynie, au corps machine, jusqu’à la monstruosité.

Création et interprétation Marie Mougeolle
Répétitrice Marijoe Foucher
Conception sonore Mathieu Mougeolle
Costumes et recherche vidéo Camille Mougeolle
Éclairages Hugo Dalphond
Conseillers artistiques Helen Simard, Enora Rivière et Cyril Journet

Résidences Espace Marie Chouinard, École supérieure de ballet du Québec, Département de danse UQAM, Point Ephémère (Paris), Collectif danse (Rennes). 

Cette première étape aboutira à la présentation de la création à Tangente, Laboratoire de mouvement contemporain à l’automne 2019.



Explorant la nature sociale de l’individu, Anne-Flore de Rochambeau reflète à travers ses compositions les mécanismes inconscients qui caractérisent nos interactions. La jeune chorégraphe habite l’espace d’une esthétique épurée où les corps incarnent un langage organique et intuitif, invitant le spectateur à un rapport plus sensoriel du corps.

Suite à une formation artistique à Paris, New York et Montréal, Anne-Flore développe sa pratique en tant qu’interprète et chorégraphe. Ses créations sont présentées depuis 2013 sur la scène montréalaise, ainsi qu’à Toronto et en France. Parallèlement à sa démarche personnelle, elle crée avec la chorégraphe Liliane Moussa, le laboratoire de création Alt-Shift développant des œuvres chorégraphiques in situ et immersive, tel que leur projet Entrelacs qui tourne avec succès. À Montréal elle danse récemment avec Parts+Labour_Danse, Les Soeurs Schmutt, Martin Messier et Liliane Moussa. On la retrouve également en France avec Christian & François Ben Aim pour le premier solo de la série Instantanés (création 2018). 


Marie Mougeolle s’installe à Montréal en 2010 où elle collabore tout d’abord aux projets de Katya Montaignac. Elle développe parallèlement sa première création solo, Entre autres, présentée en France et au Vietnam en 2014. En 2015, elle s’associe avec Liane Thériault et crée Mine de rien au offta. Le duo se donne forme sous le nom de MINE DE RIEN : UN COLLECTIF en 2016 et poursuit aujourd’hui ses activités.

En tant qu’interprète, elle collabore principalement avec Les Soeurs Schmutt, Sarah Dell’Ava, Eduardo Ruiz Vergara et Helen Simard.

Parallèlement à ses activités d’interprète et créatrice, elle développe une démarche de recherche en danse, qui débute à la maîtrise de l’UQAM (2010-2014). Ses recherches sur les dynamiques de création interdisciplinaires sont présentées lors de colloques à Montréal et en France et de publications (JEU, l’Annuaire Théâtral). Marie est aussi professeure à l’École Supérieure de Ballet et à l’École de Danse Contemporaine de Montréal.


 

%d bloggers like this: