Instantané #1 – en tournée

Après une première au OFF Avignon au Théâtre la Parenthèse pour la programmation de la Belle Scène Saint Denis, INSTANTANÉ #1 était au Festival Traversés du Marais pour la programmation de Monuments en mouvement #4, (8 sept. Hotel de Sully,  Paris), aux Journées internationales du patrimoine de Le Thor  (15 sept. Auditorium Jean Moulin) puis au Festival Bien faits, de Micadanses, (24 sept. Paris) 

Quelques retours

“La joie et la rage peuvent s’emparer d’elle […] Elle se soulève, humble et discrète, apparition vertigineuse d’une interprète hors pair au nuancier d’émotions riche et prolixe.”  Geneviève Charras, L’amuse Danse, 20 juillet 2018 

_DSF8722-6 copy1820


” Sérier l’instant ? « Instantanés #1 »est la première tentative d’une suite chorégraphique initiée par les frères Ben Aïm ; d’autres viendront, et le prochain dans quelques mois déjà avec Léa Lansade. Un ensemble de soli pour femmes à la recherche du temps présent : Anne-Flore de Rochambeau s’y exerçait à la Belle Scène Saint-Denis d’Avignon en juillet avant d’investir les riches pavés de l’Hôtel de Sully… Et qu’ils tremblent et craignent ses jambes, les mêmes pavés, et son perfecto comprimant légèrement ses épaules, et sa robe noire, tant la danse exhume sa puissance d’âme ! Et l’amplitude du mouvement qui tourne autour d’elle — est-ce divaguer ? — en cercles convulsifs, et surtout celui, formidable, qui contrecarre le spectaculaire : des presque-gestes (mains, genoux, tête), ou rien qu’un regard intense et un souffle qui se confondent parfois par magie à quelques pas du public…Fameux rituel dont on voudrait rejoindre l’immanence.” Victor Inisan, I/O Gazette, 18 septembre 2018

Anne-Flore de Rochambeau // photo © Hani Debbache

“La danse de Anne-Flore de Rochambeau est comme une performance, un inventaire de ce que le corps est capable de faire pour s’exprimer. Il s’agit bien de langage, d’une poésie corporelle, de la beauté aussi dans le sens de l’eurythmie, de la noblesse et de l’harmonie d’un corps qui peut s’élever, toujours plus haut.” Claude Kraif, Revue-spectacle.com, 17 juillet 2018

“[…] Avant de retomber sur ses pieds, Anne-Flore de Rochambeau nous gratifie d’un passage en silence qui, du coup, se charge d’intensité. Après l’esquisse de génuflexions au cours de la seconde partie, elle s’allonge à même le granit. Debout, elle hésite, se dandine, danse pour elle-même. Le public venu en nombre lui réserve une ovation. 
Nicolas Villodre, Danser canal historique, 9 septembre 2018

Instantané #1 Anne-Flore de Rochambeau // photo © Hani Debbache

“Elle choisit sa danse très intime qui questionne sa relation à ses longs cheveux frisés et à son long corps qui, semble-t-elle raconter par ses gestes, ses grimaces, et ses crispations, n’a pas toujours été un allié. L’idée d’Instantanés est de dresser des portraits intimes de danseuses, sur-mesure. […] De la danse, rien que de la danse, libre, parfois facile car très relâchée. À la fin, on a la sensation de connaitre la fille. Fou non ?” Amelie Blaustein Niddam, Toute la culture, 17 juillet 2018

À venir

Festival Rencontres Danses métisses, CDCN Touka Danse, Cayenne
29 novembre – Théâtre Macouria
1er décembre – EPCC Cayenne

Instantané 1 - Hotel Sully photo © Christian Ben AïmInstantané 1 - Hotel Sully - photo © Christian Ben Aïm

%d bloggers like this: